... et sa manie du rangement. Bon, ok, j'avoue. Je suis hypra-bordélique. Mais quand même ! L'Homme, lui, a la phobie du bazar. Quand ça l'arrange. L'Homme, lui, il range. Oui, mais il oublie où. L'Homme, lui, il déblaie son bureau (des papiers hyper-importants genre factures ou déclarations d'impôts) que j'avais déposés là, en attendant de les ranger soigneusement dans le classeur ad-hoc. Il déblaie ces choses qu'il ne saurait voir, mais les planque dans un coin où nul ne peut les retrouver. Et quand on lui demande ce qu'il en a fait, il nie tout en bloc, frappé d'une amnésie soudaine. Non non, il n'y a jamais touché. Non, non, il n'a aucun souvenir d'avoir vu ou rangé ce papier. Et puis d'abord, j'avais qu'à le ranger moi-même si je suis pas contente. Ben oui tiens, j'allais le proposer.

Il range à tel point que parfois, pour faire une vinaigrette, le temps de me retourner vers le frigo pour sortir ma salade et ma moutarde, le saladier a déjà mystérieusement disparu du plan de travail.

Alors, je cherche. Je cherche, je peste, je tempête, je bougonne, et je maudis l'Homme et son rangement. Parce que voyez-vous, qu'il range, c'est bien. Mais qu'il planque, Dieu seul sait où, ben moi ça m'agace. Parce que mine de rien... mon bordel à moi, il est ordonné. Oui mesdames. Comme on dit, c'est un bordel rangé, où je sais retrouver mes affaires.

Alors, pour éviter de courir après mes affaires, de chercher pendant une journée durant la facture déjà hyper en retard qu'il aura rangée au milieu d'une pile de CD (???), eh bien... je range. Moi. Enfin j'essaie.

Finalement, il sera arrivé à ses fins, le bougre...